Aperçu de l’ histoire de Mirtos

et un résumé de l’occupation Minoenne

Comment Mirtos devint un village

Avant la fin du 19ème siècle on ne pouvait pas considérer Mirtos comme une communauté. Il n’était pas coutume de vivre au bord de la mer. La raison ? C’était trop dangereux. Les pirates étaient actifs sur leurs embarcations. Quand ce danger fut écarté vers la fin du dix neuvième siècle, les habitants des villages de montagne se sont dirigés petit à petit vers la côte. Beaucoup de ces premiers habitants de Mirtos venaient du village de Gdochia situé à 7 kilomètres.

Le choix de Mirtos est facile à comprendre. On y pratiquait déjà le commerce. Les produits en provenance de la campagne étaient apportés sur le petit port, à cette époque situé à l’ouest de la baie, afin d’être transportés par bateau vers Ierapetra. De là les marchandises étaient acheminées plus loin sur l’île ou vers l’étranger.

La deuxième guerre mondiale

Mirtos prend de l’essor. Cela n’était pas encore une situation prospère mais on pouvait joindre les deux bouts et vivre en paix. Jusqu’au moment de la deuxième guerre mondiale. Les allemands qui étaient arrivés en Crète en 1941 décidèrent pour des raisons stratégiques d’installer des postes sur la côte Sud. Les partisans leur causèrent beaucoup de résistance. Beaucoup de ces combattants, mais aussi des civils ont perdu la vie. Le 15 septembre 1943 sur les ordres des occupants, les habitants sont sommés de quitter le village. 18 jeunes gens et hommes furent exécutés suite à leur refus. Les maisons furent brûlées. Ce grand drame de Mirtos est représenté par une simple colonne dans le village. Y sont inscrits les noms des 18 victimes, une commémoration a lieu chaque année le 15 septembre célébrée par une cérémonie religieuse et pose de gerbes de fleurs au pied du monument.

La reconstruction

Après la guerre, les habitants ne voulaient pas retourner à Mirtos. Une certaine pression de la part du gouvernement les firent changer d’avis . Les murs des maisons brûlées étaient encore debout et ainsi commença doucement la reconstruction.
La population démunie reste pauvre. Jusqu’à la fin des années soixante moment où le Hollandais Paul Kuiper vint à Ierapetra et y introduisit les serres. Plusieurs récoltes successives devenaient ainsi possible et de plus les plantes étaient plus résistantes aux maladies et circonstances météorologiques. Mirtos a également pu profiter de cette prospérité.

Le tourisme

Au début des années quatre-vingt les touristes commençaient à découvrir la Crète. Avec au Nord une croissance explosive. Sur la côte Sud, donc aussi à Mirtos, moins prononcée mais en évolution. A cette même époque, le gouvernement décide la construction d’un boulevard le long de la mer afin de couper les vagues quelquefois dévastatrices. Des restaurants et cafés construits sur ce boulevard résultent de la combinaison de ces deux facteurs. Un endroit agréable pour flâner et une belle plage en furent le résultat. Le boulevard est aujourd’hui un des endroits les plus appréciés de Mirtos. Point positif pour le tourisme de ce village.

Maintenant

A ce jour, été comme hiver, plus de 600 personnes demeurent à Mirtos. On y vit pour la plupart de l’agriculture mais aussi du tourisme, période qui se situe entre le 1er avril et le 1er novembre. Une grande majorité pratique la religion Grecque Orthodoxe. On trouve encore à Mirtos une petite église datant de la période des premiers résidents et une plus grande église de construction plus récente. Mirtos a une maternelle et une école communale. Pour des études secondaires les enfants doivent se rendre à Ierapetra. Le village fait partie de cette municipalité et un représentant, nommé par la population, prend siège au conseil municipal d’Ierapetra

© Dick Ridder

Vous désirez en savoir plus sur l’histoire de Mirtos, venez visiter le Musée près de la vielle église.

John Atkinson

Museum Curator

L’occupation Minoenne de Mirtos

Les Minoens étaient présents sur le territoire autour de Mirtos depuis le tout début jusqu’à la fin de la période des palais à l’époque de l’âge de Bronze.

Les personnes (qui plus tard furent nommés Minoens) arrivèrent dans la région de Mirtos aux environs de 3000 ans avant J.C. Ils étaient paysans. Ils sont venus avec leurs vaches, moutons, cochons et chèvres. C’était l’époque Néolithique et tous leurs outils étaient en pierre. Vers 2800 avant J.C. il y avait deux petites implantations d’habitations. Une située sur la colline que nous appelons Pyrgos, juste au dessus du village. L’autre était un kilomètre vers l’Est sur la colline connue sous le nom de Fournou Korifi.

Le bronze fut introduit en Crète vers cette période. Il provenait du proche Orient. Pyrgos et Fournou Korifi étaient à l’époque de Bronze Minoenne et avaient des outils aussi bien en pierre qu’en bronze.

Fournou Korifi

Lors de fouilles à Fournou Korifi les archéologues ont découvert :

  • Des outils en pierre.
  • Des outils en bronze.
  • Les personnes avaient des raisins et fabriquaient du vin.
  • Des restes d’huile d’olive indiquant une consommation pour cent personnes.
  • Ils fabriquaient des poteries.
  • Ils tissaient et fabriquaient des vêtements.
  • Dans une des pièces fut trouvée la statue en terre d’une déesse.
  • Preuves de commerce avec d’autres communautés en Grèce et ailleurs.

400 ans plus tard les habitations furent détruites par un incendie. Les occupants partirent en toute hâte laissant sur place tout tel quel. Ils ne sont jamais revenus. Fournou Korifi est pour cette raison un des meilleurs exemples de ce que fut la vie au début de l’époque de Bronze. Les restes des fouilles se trouvent sur la colline de Fournou Korifi, un kilomètre à l’Est de Mirtos.

Dans le musée de Mirtos vous trouverez une maquette du site de Fournou Korifi.

Pyrgos

L’implantation sur la colline de Pyrgos n’a pas été détruite. Elle a grandi durant deux périodes des palais. A la fin de ces 1350 années il y avait une grande et très belle demeure avec beaucoup de richesse à l’intérieur, du style d’un palais. Celle-ci fut détruite en 1450 Avant J.C., comme d’autres palais sur cette île. Certains pensent que l’éruption du volcan Thera, situé sur l’île de Santorin fut la cause de la fin de la période des Palais. Les restes de cette belle maison peuvent toujours être vus sur la colline de Pyrgos, au-dessus de Mirtos.


©John Atkinson

Fournou Korfi

Pirgos